Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

René Edmond Herbo

est né le 17 novembre 1912 à Genech (Nord (59))

Herbo Edmond Joseph et son épouse Havet Céline Marie vivent à Genech (59).

René a deux ans lorsque son père, Edmond Joseph, soldat au "84e Régiment d'Infanterie", succombe à ses blessures dans la Marne le 21 février 1915 et est déclaré "Mort pour la France" laissant une veuve et trois orphelins.

René Edmond passe son enfance avec ses deux sœurs à Genech où il est scolarisé avant de devenir employé à la SCNF. Il s'engage dans la Marine nationale pour 5 ans le18 février 1930 et rallie le "1er Dépôt" à Cherbourg. Il est matelot de 2e classe sans spécialité. Il est affecté à Lorient sur le croiseur cuirassé "Condé" qui abrite l'école des fusiliers où il suit la formation de cette spécialité. Après un second passage au "1er Dépôt" il embarque pour quelques mois, en 1932, en qualité de matelot de 2e classe breveté fusilier, à bord du mouilleur de mines "Pluton". Il est désigné le 21 octobre 1932 sur le croiseur "Colbert", à Toulon, jusqu'au 01 février 1935

Il épouse Marguerite Dupuy, confectionneuse, le 08 septembre 1934 à Nomain (59).

Il est congédié le 18 février 1935 et reprend son travail à la SNCF.

Sa fille Jeannine voit le jour le 14 juin 1935  dans la commune de Villers-Campeau (absorbée par Somain en 1947).

Il réside à Riberac (24) lorsqu'il est mobilisé le 17 septembre 1939 à Boulogne et est affecté le 1er octobre 1939 au Havre sur l'arraisonneur-dragueur "AD 31" ex chalutier nommé "Tartarin" réquisitionné et armé. Le bâtiment participe à l'évacuation du Havre et arrive à Southampton le 21 juin 1940. Il est saisi par les britanniques le 3 juillet 1940 dans le cadre de "l’Opération  Catapult". C'est dans ce contexte que René Edmond se retrouve sur le sol britannique lorsque, le 22 juin 1940, l'armistice est signé.

Dès lors, le rapatriement, vers la France, de tous les soldats, marins, aviateurs doit être entrepris en vue de leur démobilisation. C'est ainsi que le mercredi 24 juillet 1940, 1179 officiers et marins embarquent à Southampton sur le paquebot français "Meknès" pour rallier Toulon. Vers 22h00 ce même jour, au large de Portland, le paquebot est torpillé par une vedette allemande. Plus de 400 hommes disparaissent lors de cette attaque, dont Herbo René Edmond qui laisse une veuve et sa fille Jeannine de quatre ans.

Le nom de René Edmond Herbo, "Mort pour la France", figure sur :

  • la stèle érigée, près de Dieppe, à la mémoire des marins disparus lors du torpillage du Meknès.

La plaque commémorative SNCF de la gare de Somain (59)

Il était Matelot de 2e classe.
Son unité : Meknès
Il est décédé le 24 juillet 1940.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Ribérac (24)
Document portant la mention MPLF : Transcription de décès

Meknès

33

Le Meknès était un ancien paquebot de la Compagnie Générale Transatlantique construit par les Chantiers de Normandie du Grand-Quevilly, de 132 mètres de long et jaugeant 6127 tonneaux, mis en service en 1914 sur la ligne le Havre-Haïti sous le nom de Poerto Rico. Renommé Meknès, il est placé sur la ligne Bordeaux-Casablanca en 1929, puis le Havre-La Baltique en 1936. Suite aux événements de la guerre mondiale, il est transformé en transport de...

Meknès
184296
Herbo
Genech
Nord (59)
HE
NULL
Il a été décoré : Aucune
Transcription de décès 1942
E 10x13